Bien choisir sa porte intérieure

Les portes intérieures sont indispensables pour préserver l’intimité d’une chambre, mais leur ouverture peut parfois être encombrante, d’autant plus quand la surface des pièces est limitée. Heureusement, il existe de nombreuses solutions permettant de s’affranchir simplement de cette contrainte.

Les portes intérieures

Les portes à galandage dans les cloisons

Si vous souhaitez installer des portes sans encombrer l’espace, les portes à galandage sont idéales. Invisibles quand elles sont ouvertes, elles s’effacent en totalité dans l’épaisseur d’une cloison à ossature métallique grâce à un mécanisme de coulissement. Si l’installation dans une nouvelle cloison ne pose pas de problème, en rénovation il est nécessaire de remplacer une partie de la cloison ou de modifier la cloison existante afin d’intégrer support et mécanisme. Cela n’est possible que s’il s’agit de cloisons en plaques de plâtre, montées sur une ossature métallique. En revanche, quelle que soit la nature de la cloison, une porte à galandage nécessite une largeur suffisante pour intégrer le ou les vantaux.

Certains systèmes sont livrés « complets », d’autres permettent de choisir n’importe quel type de porte, dans des dimensions de toutes sortes mais avec une épaisseur ne dépassant pas 40 mm. On part alors d’un châssis standard ou sur mesure, qui intègre un rail coulissant. Sur ce rail, des portes de différents styles et matériaux, y compris des portes en verre, son fixées.

Comme une porte classique, ce type de porte joue le rôle de barrière acoustique (sauf pour les portes en verre) entre les deux pièces qu’elle sépare. Pour ce faire, elle ne doit pas présenter de jours importants en parties basses. Il faut aussi que la partie de cloison qui intègre la porte soit parfaitement verticale et régulière, sinon des rayures dues aux frottements répétés apparaîtront très vite sur la porte.

 

Comment installer des portes à galandage? Un artisan est là pour vous.

Je trouve mon artisan

Les portes coulissantes en applique

Moins design que les portes à galandage, mais tout aussi pratiques, les portes coulissantes en applique représentent une alternative plus simple à mettre en œuvre et moins coûteuse, surtout dans le cas de cloisons déjà en place. Les portes sont en général suspendues à un rail coulissant, fixé cette fois à l’extérieur de la cloison ou au le plafond. Pour cacher ce rail, peu esthétique, les fabricants rivalisent d’ingéniosité et proposent des solutions de plus en plus discrètes.

Comme avec la technique du galandage, on peut mettre en œuvre presque n’importe quel type de porte. Il existe aussi quelques modèles équipés de roulettes qui reposent sur le sol. C’est une solution à envisager pour les portes lourdes et anciennes. Seul problème : les roulettes finissent par laisser des traces d’usure, notamment sur les parquets, les stratifiés et les sols souples.

De manière générale, les portes coulissantes présentent l’inconvénient d’encombrer le mur lorsqu’elles sont ouvertes, ce qui ne simplifie pas toujours l’aménagement des pièces. Cette technique interdit également l’implantation de toute prise et de tout interrupteur sur la surface concernée par l’ouverture. Mais une telle contrainte peut aussi devenir un atout : lorsque l’on utilise des cloisons mobiles en tant que portes coulissantes, plusieurs vantaux peuvent être positionnés côte à côte.

Les « portes accordéon »

Les portes pliantes, plus communément appelées « portes accordéon », sont une solution à retenir lorsqu’il est difficile de mettre en place un autre type de porte. Elles n’ont pas les qualités acoustiques et esthétiques des portes rigides, mais elles sont économiques, très simples à installer et restent performantes en termes de gain de place.

Le plus souvent équipées d’une serrure à loquet ou magnétique, ces portes peuvent être en plastique ou en bois. Elles sont composées de plusieurs panneaux fixés à un rail supérieur, lui-même vissé dans l’huisserie de l’ancienne porte battante qu’elle remplace souvent. Le mécanisme est simple et nécessite peu de réglages.

Les portes battantes

Ce sont les plus encombrantes (du fait de leur débattement), mais de loin les plus répandues, même si en construction neuve les portes à galandage tendent à s’imposer de plus en plus. Ces dernières, très pratiques, restent toutefois plus coûteuses que les portes battantes.

Les portes battantes se déclinent dans une multitude de matériaux, d’aspects et de prix. Depuis une vingtaine d’années, les portes thermoformées ont avantageusement remplacé les portes en mélaminé et en contreplaqué, mais les performances acoustiques restent toujours aussi limitées. Si vous souhaitez installer une porte séparative avec de vraies qualités d’affaiblissement acoustique, l’idéal pour préserver l’intimité d’une chambre, choisissez des portes pleines en bois massif. Et veillez à ce que l’installation soit parfaite pour éliminer les ponts phoniques.

Les portes battantes sont bien adaptées aux opérations de rénovation, lorsque l’on doit créer de nouvelles cloisons, les portes étant posées à l’avance. Lorsque les cloisons sont déjà en place et que l’on désire remplacer les portes rapidement et simplement, il existe des blocs-portes spécial « rénovation » : un nouvel habillage recouvre l’ancienne huisserie, qui reste alors en place. Cette alternative évite des travaux lourds, poussiéreux, et préserve aussi la décoration existante.

Les conseils de l'expert L'Artisan

Ces travaux peuvent être facilement réalisés par un plaquiste, un menuisier, ainsi que par toute entreprise spécialisée dans les aménagements intérieurs. Il est aussi possible de commander des portes sur mesure dans les enseignes de bricolage et de les faire poser par des artisans affiliés à ces enseignes.

L'Artisan

Vous avez un projet chambre ?

  • Je trouve
    mon artisan
  • Je trouve
    mon architecte
  • Je trouve
    mon coach travaux