Bien vérifier votre plancher avant d'aménager des combles

Vous envisagez d’aménager vos combles pour bénéficier d’une surface habitable plus importante ? Avant de se lancer dans les travaux d’aménagement, un passage en revue des éléments structurels existants et de leur état s’impose. À commencer par le plancher.

contrôler l’état de son plancher

Connaître la composition du plancher

Avant d’aménager ses combles, il faut vérifier que le plancher existant peut supporter une charge minimale de 150 kg/m2. Pour pouvoir déterminer la résistance du plancher et sa qualité, il faut connaître sa composition. Dans le cas de combles aménageables sans modification de charpente, la plupart du temps, le plancher est en bois. Les planchers en béton sont très rares, ceux en acier encore plus. Si votre maison possède des combles dits non aménageables avec la présence de fermettes industrielles, sachez que le plancher est totalement inexistant. C’est en fait le faux plafond du niveau inférieur qui est visible. Il peut être en briquettes, en plâtre ou en plaques de plâtre. Ces éléments sont directement fixés au bois de charpente !

  • Un plancher en bois est constitué de solives ancrées dans les murs de façade, et reposant sur une ou plusieurs poutres porteuses, sur lesquelles sont clouées des lames de bois.
     
  • Un plancher en béton : on en trouve, bien que très rarement, dans les maisons construites à partir des années 1990. Il existe de nombreux systèmes de planchers béton dénommés « planchers coffrés », « planchers à dalle pleine », « planchers à poutrelles », etc.

Qu’il soit en bois ou en béton, prévoyez de faire vérifier sa solidité par un bureau d’études spécialisé dans les structures. Seul un professionnel équipé d’un logiciel de calcul peut valider que votre plancher est apte à assurer la fonction de plancher d’étage !

Besoins de conseils pour aménager vos combles?

Je trouvemoncoachtravaux

Porteur ou pas ?

En présence d’un plancher en bois, l’expert vous permettra de vous faire une idée sur ses capacités à supporter la nouvelle charge liée à l’aménagement de vos combles et à jouer le rôle de plancher porteur.

  • Faites vérifier l’état des solives. Ces petites poutres sont celles qui supportent les lames du plancher. Elles sont généralement appuyées sur une ou plusieurs poutres porteuses qui sont, quant à elles, soit ancrées dans les murs d’au moins 15 à 20 cm, soit en appui sur une pièce de bois sortant du mur (un corbeau), une muralière disposée le long du mur ou une sablière déposée sur la partie haute d’un mur maçonné. S’il est correctement dimensionné et d’un entraxe (distance qui sépare les axes parallèles de deux solives) coordonné à l’épaisseur des lames, le plancher ne devrait pas vibrer à la marche de manière excessive. Si l’ensemble du plancher forme un creux visible, vos solives et les poutres accusent une flèche (profil courbe) anormale.
     
  • Faites contrôler l’état de la surface des bois, notamment aux jonctions avec la maçonnerie. Ils sont friables, creux, montrent des traces de passage de nuisibles ? Leur résistance est altérée. Partez alors du principe que les capacités porteuses de votre plancher sont défaillantes. Rassurez-vous, la solution consiste en un renforcement ou un remplacement des panneaux de bois incriminés. En connaissant les divers points névralgiques, vous pourrez orienter le charpentier sur les travaux à réaliser au niveau du plancher de vos combles, tout en prenant en compte ses conseils et ses constatations, notamment au sujet des portées (parties sans appui) des poutres et solives par rapport à leur section (largeur x épaisseur).

Les portées des éléments porteurs sont fonction de leur section (largeur x épaisseur). Quant à l’entraxe des solives, il dépend directement de l’épaisseur du plancher. Demandez impérativement au charpentier de vérifier si tout est conforme. Les règles de l’art ne s’inventent pas, et Internet n’est pas votre meilleur allié dans ce cas.

Quelles solutions ?

  • Le renforcement : le principe du renforcement n’est valable que si la structure du plancher des combles est viable et en bon état. L’idée est d’accentuer la capacité de votre plancher à résister à la charge liée à l’aménagement de vos combles. Les méthodes les plus répandues consistent à ajouter des solives en les encastrant dans les murs ou en les faisant reposer sur des sabots, ou de créer une poutre sous les solives existantes au moyen d’un profil métallique (type IPN), préféré au bois car de section plus faible pour une même résistance à la flexion.
     
  • Le remplacement des éléments défaillants : il s’effectue à l’identique.
     
  • Le remplacement total du plancher : les solutions sont nettement plus nombreuses. À part la création d’un plancher en bois, vous pouvez opter pour un ouvrage en béton. Pour ce dernier, le bureau d’études devra déterminer si la maison est structurellement compatible (murs et fondations) pour accepter la surcharge.

Vous créez une salle de bains dans les combles ? Sachez que le plancher en bois doit impérativement être renforcé par une chape en béton !

Savoir tout prévoir

Que ce soit sur un plancher neuf ou à rénover, et quelle que soit sa nature, pensez à l’isolation acoustique pour limiter au maximum les bruits d’impact ! Isoler le plancher des combles peut s’effectuer sous, sur ou entre les solives pour les ouvrages en bois et par le dessus ou le dessous pour les ouvrages en béton. Selon la méthode, les travaux de menuiserie sont relativement différents, notamment lors de l’application d’un isolant en laine minérale en vrac entre les solives. Dans ce cas précis, la sous-face du plancher sera fermée pour former un coffrage qui permettra la dépose du matériau depuis l’intérieur des combles avant la pose d’une chape sèche, par exemple, en plaques de plâtre haute dureté. En présence d’une isolation datant de plusieurs années, prévoyez son évacuation et son remplacement par un produit à fort coefficient d’absorption des bruits de chocs et à forte résistance thermique. Notez que cela ne dispense pas de l’application d’une sous-couche acoustique sous votre revêtement de sol si celui-ci n’est pas collé.

Vous avez un projet comble?

  • Je trouve
    mon artisan
  • Je trouve
    mon architecte
  • Je trouve
    mon coach travaux