Une chambre adaptée Pour une personne en situation de handicap

L’aménagement d’une chambre pour une personne à mobilité réduite (PMR) nécessite de l’anticipation, pour garantir accessibilité, autonomie maximale, confort et sécurité. Des règles et des normes sont à observer pour profiter pleinement d’une chambre adaptée en toute sérénité.

Chambre pour une personne en situation de handicap

La personne en fauteuil roulant

Obligatoirement de plain-pied pour des raisons d’accessibilité, la chambre nécessite des aménagements en fonction du handicap. Si vous avez à créer cette chambre, anticipez la surface dont vous aurez besoin. L’espace de manœuvre du fauteuil, avec demi-tour, est un cercle de rotation de 1,50 m de diamètre. La chambre adaptée au handicap doit donc offrir, en dehors de l’emplacement du lit et du débattement de la porte :

  • Un espace libre d’au moins 1,50 m de diamètre.
  • Un passage d’au moins 1,20 m de chaque grand côté du lit.
  • Un espace de 90 cm sur le petit côté libre du lit.

Autre point de vigilance, l’espace du couloir qui mène à la porte de la chambre :

  • pour manœuvrer et ouvrir la porte facilement, il doit être de 1,25 m de long et de 90 cm de large.
  • Les portes intérieures doivent offrir un passage de 80 cm de large au minimum. Pour plus de confort, il est préférable d’aller jusqu’à 90 cm de large.
  • Une solution optimale est d’installer un bloc-porte coulissant dans la cloison, ce qui libèrera les espaces de l'emprise au sol.

Pour la fenêtre, préférez un modèle oscillo-battant. Plus facile d’accès et d’usage, il vous fera aussi économiser les 1,50 m nécessaires devant la fenêtre pour l’ouvrir en manœuvrant un fauteuil. Sa hauteur de placement est aussi importante que la hauteur de sa poignée : on doit pouvoir apercevoir l’extérieur en étant assis et attraper la poignée sans effort. On recommande donc :

  • Un placement à 60 cm du sol pour la fenêtre.
  • Une poignée à 1,25 m maximum.

Prévoyez des volets roulants électriques pour un gain d’autonomie. Cette hauteur un peu particulière est valable aussi pour l’emplacement des interrupteurs et des prises électriques, toujours dans un souci d’accès facilité. Pour l’éclairage, pensez aussi aux ampoules LED ou aux douilles à déclenchement de passage. Elles peuvent, à moindre frais, simplifier le quotidien. Par ailleurs, un interrupteur va-et-vient à l’entrée de la pièce et un autre atteignable du lit une fois couché sont indispensables. Concernant les revêtements de sol, optez pour un carrelage, un sol stratifié ou un sol PVC ayant une résistance à la glissance normé R10, correspondant à un sol antidérapant mais non bloquant. Pour la hauteur du mobilier, il est recommandé une assise à au moins 48 cm du sol. Pour ne pas investir forcément dans un mobilier spécifique, vous trouverez des rehausseurs de lit, de fauteuil et de meuble, à installer sous les pieds. Pour un bureau dans la chambre, il faut un plan de travail à au moins 70 cm du sol pour que la personne en fauteuil puisse se glisser en dessous facilement.

8,3 millions c’est le nombre estimé
de proches aidants en France.

Par ailleurs, 13 % des salariés (dont 20 % de ceux de plus de 40 ans)
s’occupent aujourd’hui d’un proche dépendant.

Source : Talentéo

 

La personne déficiente visuelle

Tout comme pour la personne en fauteuil roulant, choisissez pour le sol un carrelage, un sol stratifié ou PVC estampillé R10, ce qui évitera le risque de glissade. Pour aménager une chambre adaptée à ce handicap, les couleurs de la pièce et du mobilier sont très importantes. C’est même le nerf de la guerre. Elles doivent respecter un minimum de 70 % de contraste entre elles. Vous pouvez télécharger la grille de contrastes en suivant ce lien.

En règle générale, un code couleur par zone est normalisé :

  • Le rouge signale un danger ou une interdiction.
  • Le jaune, un risque de danger potentiel.
  • Le bleu, une obligation.
  • Le vert, une situation de sécurité ou la présence d’assistance (issue, poste de secours…).

Il faut pouvoir bien distinguer le sol des murs et le mobilier du sol. A cette fin, appuyez-vous sur des plinthes contrastées.

Placez les interrupteurs à hauteur de main (à environ 1,40 m du sol) et revêtus d’une plaque contrastée elle aussi, lumineuse ou avec un sticker phosphorescent pour la nuit. Balisez les déplacements avec des rubans de LED lumineux au sol et installez une main courante le long des murs dans toute la pièce. N’oubliez pas de faire poser des barres de seuil antidérapantes et contrastées à l’entrée de la chambre. Pour les fenêtres et toute paroi vitrée, une vitrophanie contrastée est à installer à 1,40 m du sol. Elle empêchera le réfléchissement de lumière éblouissante et signalera la présence de la paroi en verre. Attention, n’omettez pas les détails : la poignée de porte doit elle aussi être contrastée avec la couleur de la porte.

Vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt en cas d’aménagement de l’habitation pour une personne handicapée, jusqu’à hauteur de 25 % des dépenses engagées pour réaliser les travaux.

Pour savoir quelles sont les conditions et si vous êtes éligibles, rendez-vous sur le site du Service public

artisan
Vous souhaitez faire

réaliser vos travaux

Vous cherchez des artisans de confiance pour réussir tous vos travaux ?
Obtenez jusqu’à 4 devis de professionnels sélectionnés, assurés et qualifiés, sur visite.