Chape béton pour une extension

Comme pour tous les chantiers de construction de maison et d’extensions, une des étapes indispensables de la construction réside dans la mise en place d’une chape en béton. Appliquée au sol (dalle ou plancher), celle-ci est destinée à aplanir un support avant de poser le revêtement de votre choix (carrelage, parquet, béton ciré, etc.). Quelle est sa composition ? Comment la poser ? Quelles sont les précautions à respecter ? Quel revêtement choisir ? Décryptage dans l’article. 

Chape béton pour une extension

Chape béton, typologie et pose 

La chape traditionnelle ou béton est généralement composée d’un mortier à base de sable, de ciment et d’eau. On la réalise à l’aide d’une bétonnière. 
La pose d’une chape béton est assez délicate et demande l’intervention de professionnels. En effet, son application nécessite une grande précision et un soin particulier. Elle doit se faire manuellement à l’aide d’une truelle, d’une taloche ou d’une règle afin d’obtenir un rendu parfaitement lisse.

On distingue différents modes de poses : 

  • La chape adhérente : cette technique peut tout aussi bien correspondre à une chape intérieure ou extérieure. Ici, elle est directement coulée sur la dalle de béton. 
     
  • La chape flottante : principalement réalisée pour les intérieurs, cette méthode présente de très bonnes capacités d’isolation thermiques et acoustiques. La chape est en effet coulée sur un isolant acoustique ou thermique. 
     
  • La chape désolidarisée : comme son nom l’indique, la chape est ici coulée sur un support intermédiaire (comme un film plastique). Cette technique peut être utilisée lorsque le support inférieur n’est pas adapté pour garantir l’adhérence de la chape en béton. La pose désolidarisée permet en outre d’empêcher la migration d’humidité. 
     
  • La chape sur plancher chauffant : tout comme la chape flottante, elle est appliquée sur un isolant mais une couche de désolidarisation intermédiaire est nécessaire pour enrober les tuyaux de chauffage au sol. 

L’épaisseur de la chape peut varier entre 2 et 6 cm en fonction du type de pose et de la sollicitation. Une chape dite décorative, qui permettra de remettre à niveau le support sera de 2 /3 cm tandis qu’une chape flottante fera quant à elle 5/6 cm d’épaisseur. Pour une chape classique, en pose adhérente, comptez 4 cm d’épaisseur.

 

Vous cherchez un artisan?

Je trouve mon artisan

Les précautions à prendre 

Vous l’aurez compris, la chape traditionnelle ou béton nécessite un véritable savoir-faire. Aussi, il est nécessaire de respecter quelques précautions en ce qui concerne sa confection : 

  • Il est impératif de respecter la quantité d’eau car l’objectif est que le mortier soit seulement humide et non liquide,
  • La pose doit se faire progressivement et non en grande quantité,
  • Aucune poche d’air ni de creux ne doivent être visibles. 

Notez également que le temps de séchage d’une chape en béton est d’une à cinq semaines, en fonction de son épaisseur. 

Pour votre extension de maison, la chape traditionnelle semble être une bonne solution car elle s’adapte bien aux petites surfaces. Toutefois, pensez à faire appel à un maçon qualifié afin d’obtenir un résultat satisfaisant et durable dans le temps. 

Bon à savoir

Pour la pose de votre chape en béton par un maçon, prévoyez un budget par mètre carré compris entre 25 et 35 euros, fournie posée. 
 

Quel revêtement pour ma chape ? 

Ici, vous avez le choix ! Vous pouvez très bien opter pour des revêtements classiques comme le carrelage, le parquet ou la moquette ou miser sur un aspect brut ! Ce dernier est d’ailleurs de plus en plus prisé chez les particuliers. Pour un résultat optimal, vous pouvez choisir résines ou peintures afin de jouer avec les matières et les reliefs. 

 

Besoin de conseils supplémentaires ? N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel ! 

  • Je trouve
    mon artisan
  • Je trouve
    mon architecte
  • Je trouve
    mon coach travaux