RT : la réglementation thermique

La première réglementation thermique date de 1974. Depuis, des versions successives ont renforcé les exigences en matière d’économie d’énergie et d’isolation, notamment. La réglementation actuelle, dénommée RT 2012, concerne en priorité les constructions neuves, mais pas seulement. Son objectif est de diviser par trois la consommation énergétique par rapport à celle fixée par la réglementation de 1974.

Réglementation thermique RT 2012 - Saint-Gobain

Pour les constructions neuves

Le respect de la réglementation thermique concerne toutes les constructions neuves, y compris les extensions de plus de 100 m2. Cette réglementation vise à limiter la consommation d’énergie, voire à réduire les dépenses énergétiques, des bâtiments neufs en agissant sur deux leviers : la performance des équipements techniques (chauffage, ventilation, production d’eau chaude…) et le niveau d’isolation thermique des murs, des planchers et de la toiture. La RT 2012 est applicable à tous les permis de construire déposés depuis le 1er janvier 2013.

Depuis cette date, une étude thermique mentionnant les solutions retenues pour atteindre les performances prévues par la loi doit accompagner tout dépôt de permis de construire pour une maison neuve comme pour une extension/surélévation de plus de 100 m2.

Cette réglementation thermique s’applique aussi aux constructions existantes, mais dans un seul cas, qui concerne peu les particuliers. Il s'agit des bâtiments construits après 1948, dont la surface est supérieure à 1000 m2 et pour lesquels les coûts de rénovation thermique sont supérieurs à 25 % de la valeur du bâtiment.

En rénovation aussi

La réglementation thermique ne s'applique pas qu'aux constructions neuves. Pour les chantiers de rénovation, elle fixe des seuils minimaux de performances pour certains éléments que vous pouvez décider de remplacer ou d’améliorer dans votre maison : murs, toiture, planchers, fenêtres, éclairage, production d’eau chaude, chauffage et ventilation. Vous devrez donc en tenir compte lors du choix des équipements et des matériaux. Cette réglementation, dite « par élément », s’applique aussi aux extensions/surélévations de moins de 50 m².

D’autre part, depuis le 1er janvier 2016, toute opération de ravalement doit être couplée avec la pose d’une isolation par l’extérieur. Toutefois, cette contrainte reste assez théorique. En réalité, de nombreuses exceptions sont prévues, par exemple lorsque le coût des travaux est trop élevé, si la réalisation technique se révèle trop complexe ou quand l’architecture d’origine mérite d’être préservée.

Enfin, en dehors de toute exigence réglementaire, vous pouvez profiter de travaux de rénovation thermique pour tenter d’obtenir le label « BBC Rénovation ». Celui-ci attestera que votre maison est thermiquement performante, ce qui représentera un atout en cas de revente. Ce label, qui relève d’une démarche volontaire, concerne en priorité les maisons construites entre 1950 et 1975, souvent les plus énergivores. Un autre label existe, baptisé Effinergie Rénovation, pour les bâtiments construits avant la Seconde Guerre mondiale.

Restez réaliste !

Avant d’engager des travaux d’isolation, ayez à l’esprit que de 30 à 35 % des déperditions thermiques s'effectuent par le toit, 20 % par les menuiseries, 20 % par les murs, 14 % par les fuites et la VMC et 10 % par les planchers. Partant de ce constat, les interventions les plus rentables concernent l’isolation de la toiture, le remplacement des menuiseries et l’isolation des planchers. Quant à l’isolation des murs, elle est rentable si vous isolez par l’intérieur, mais il faudra intégrer les éventuelles pertes de surface habitable et le coût de la décoration à refaire. Elle sera plus coûteuse, mais en même temps plus performante, si vous réalisez une isolation par l’extérieur. Dans ce second cas, c’est une opération deux en un, isolation et ravalement, qui permet de conserver l’espace intérieur sans déranger les occupants.

Bon à savoir

 

De nombreux bureaux d’études peuvent réaliser, pour un coût modique (quelques centaines d’euros), l’étude thermique d’un projet de maison individuelle.
 

  • Je trouve
    mon artisan
  • Je trouve
    mon architecte
  • Je trouve
    mon coach travaux