Initiation à la toiture (charpente et couverture)

La toiture d’une maison est constituée de plusieurs éléments. Sa construction fait donc intervenir plusieurs corps de métiers.

tout savoir sur la toiture

Pour chaque étape, un corps de métier

Etape 1 – La charpente

La première étape consiste à élaborer la charpente. Ici, c’est donc le charpentier qui intervient. Il est chargé de toutes les opérations relatives à la création d’une charpente : conception, fabrication, pose. Il réalise la charpente et, parfois, l’ossature en bois des murs extérieurs. Après l’épure (dessin technique représentant un objet sur trois plans qui permet au charpentier de visualiser les coupes nécessaires à la réalisation de la charpente), il choisit le bois, puis trace et taille les différentes pièces : pannes, chevrons, fermes, entraits, poutres, poteaux etc. Ensuite, il s’occupe de l’assemblage des différents éléments et du levage sur le chantier. De plus en plus, le charpentier est conduit à travailler avec de nouveaux produits, comme le lamellé-collé ou le lamellé-croisé, et à utiliser des logiciels de traçage qu’il faut maîtriser à la perfection.

Etape 2 – La couverture

A quoi sert-elle ? La couverture est la partie qui sera en contact direct avec les éléments extérieurs. Elle doit être imperméable, résistante au vent et aux chocs que pourraient provoquer la grêle, une chute de branche ou autre débris portés par le vent.

Une fois la charpente réalisée, c’est donc le couvreur entre en piste. Il prépare la surface à habiller et installe les différents matériaux (tuiles de terre cuite ou en béton, à assemblage mécanique, ou encore ardoises, lauzes), clouées ou scellées grâce à des mortiers ciment, sable et chaux.

Il peut aussi effectuer des travaux d’isolation, comme le sarking, qui consiste à disposer plusieurs couches d’isolant les unes sur les autres : panneaux de bois, isolant minéral ou synthétique, pare-vapeur, écran de sous-toiture. Enfin, il met en œuvre les liteaux et les sous-liteaux pour la pose de la couverture finale. À sa charge également, la zinguerie.

L’étancheur intervient, lui, sur toutes les surfaces exposées à l’eau, comme les toitures terrasses, en y installant un revêtement d’étanchéité – feuilles bitumineuses, membranes en PVC (polychlorure de vinyle) ou en EPDM (éthylène propylène diène monomère) – et, parfois, une végétalisation.

Quel matériau choisir pour sa toiture ?

Au moment de la pose de la couverture de votre toiture, le couvreur devra installer le matériau de revêtement de toiture que vous aurez préalablement choisi. C’est cet élément qui donnera un véritable cachet à votre habitation. Quel choix s’offre à vous ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacun ? Suivez le guide !

  • Les toitures en tuiles

Très répandues en France, et en particulier dans le sud, ce type de revêtement comporte de multiples avantages : solidité, esthétisme et durabilité le caractérise. Par ailleurs, la tuile en terre cuite est écologique et résistante au gel. Si vous choisissez ce matériau, prévoyez entre 40 et 130€/m2.

  • Les toitures en ardoise

L’ardoise est le deuxième matériau le plus répandu sur les toitures françaises. Ce revêtement naturel est reconnu pour sa durabilité exceptionnelle (supérieure à 100 ans). Même si l’ardoise est une matière résistante, elle a le défaut d’être friable et on ne peut pas marcher dessus ce qui complexifie sa pose. Plus onéreuse que la tuile en terre cuite, il faudra compter 100 à 150€/m2.

  • Les toitures en métal

De plus en plus en vogue sur les constructions contemporaines, ce type de revêtement métal est constitué le plus souvent de cuivre, de zinc, de plomb ou d’aluminium. Le zinc est d’ailleurs très connu pour recouvrir la plupart de nos toits parisiens. Résistantes les toitures en métal sont aussi faciles d’entretien et offrent une bonne durée de vie. Par ailleurs, ces matériaux s’adaptent à tous les types de toits aussi bien ceux à faibles pentes qu’à fortes pentes. Son prix ? 40 à 60€/m2.

  • Les toitures végétalisées

Les amoureux de la nature en rêvent tous. Ce type de toiture est constitué d’un toit en béton doté d’un système d’étanchéité et d’évacuation d’eau recouvert de plantations. Sachez que contrairement à ce que l’on pourrait penser, son entretien est assez minimal. Vous pourrez même faire installer un système d’arrosage automatique ! Notez que cette option ne vous sera accessible que si votre toit est plat ou en pente entre 0 et 35 degrés. Pour vivre sous un toit végétal, prévoyez un budget de 60€/m2.

tout savoir sur la toiture
  • Je trouve
    mon artisan
  • Je trouve
    mon architecte
  • Je trouve
    mon coach travaux