Cloisons intérieures de distribution : comment faire le bon choix ?

Dans nos habitations les cloisons sont nécessaires pour créer et délimiter différents espaces. On parle d’ailleurs de cloisons de distribution. Il existe de nombreux types de cloisons : amovibles ou fixes, pleines ou transparentes, partielles ou ajourées… Et pour ce qui est du matériau, là aussi vous avez l’embarras du choix : plâtre, brique, béton, béton cellulaire, verre… Avec autant d’options choisir une cloison peut s’avérer compliqué.

Découvrez dans notre dossier :

Le rôle d’une cloison intérieure

La cloison est un élément majeur de votre aménagement intérieur. Elle délimite l’espace, permet de créer de nouvelles pièces, de créer des zones de circulation, d’agencer les volumes. Elle participe également à l’esthétique et à la décoration de votre intérieur.

En bref, elle est tout simplement essentielle ! La cloison intérieure ne doit pas être confondue avec les murs porteurs : la cloison est souvent fine, avec une épaisseur oscillante généralement entre 5 à 10 cm, et ne fait pas partie de la structure du bâtiment. 

Deux grands types de cloisons intérieures

On peut distinguer deux grandes catégories de cloisons : 

 

Les cloisons sèches (sans collage des matériaux)

Elles sont dans la plupart des cas composées d’une ossature métallique sur laquelle va être vissée des plaques de plâtre associé à une laine de verre. Pour les maisons à ossature bois, la structure sera en bois. Ce type de cloison est plus simple et plus rapide à mettre en place que les cloisons humides.
 

Les cloisons humides (dites maçonnées, avec collage des éléments)

Elles sont plus traditionnelles, plus robustes mais moins isolantes. Dans ce cas de figure, on assemble au mortier colle des carreaux de plâtre, de terre cuite ou béton cellulaire. Elles nécessitent donc un peu plus de travaux et de savoir-faire, mais également un temps de pose allongé. 

Choisir sa cloison : identifier vos besoins

Pour bien choisir, vous devez impérativement prendre en compte vos besoins. Commencez par déterminer quels espaces la cloison va séparer : 

  • Est-ce un salon et une chambre ? 

  • Une salle à manger et une cuisine ?

  • Est-elle destinée à une salle de bain ?

  • Entre un garage et une buanderie ? 

Ainsi vous pourrez identifier les points sur lesquels vous devez être particulièrement vigilant : l’isolation acoustique, restreindre la propagation d’odeur de cuisson, éviter le développement de moisissures si la cloison se trouve dans un environnement humide, et parfois l’isolation thermique peut être également prise en compte (notamment si la pièce est adjacente à un garage).

Selon l’utilité et l’emplacement de la cloison, il faudra aussi réfléchir à l’apport lumineux de votre pièce après installation. En la plaçant au mauvais endroit, vous pouvez vite assombrir votre logement voire casser le volume et diminuer l’espace habitable. 

Les matériaux utilisés pour les cloisons

Pour réaliser vos cloisons, vous avez le choix entre une grande variété de matériaux, chacun ayant des propriétés spécifiques. Découvrons ensemble ces éléments, ainsi que leurs principales caractéristiques.

La plaque de plâtre – la polyvalence et la performance, tout en légèreté

C’est le matériau le plus utilisé pour le dressage des cloisons sèches car il est facile et rapide à mettre en œuvre.  

En fonction du parement choisi, la plaque de plâtre peut être hydrofuge (résistante à l’eau), acoustique (limite la propagation des sons), haute dureté (résistante aux chocs), incombustible (résistante au feu). Certains modèles sont même capables d’assainir votre intérieur en absorbant les composants organiques volatils présents dans le logement.

Vous l’avez compris, c’est LE matériau par excellence pour vos cloisons.

Le carreau de plâtre – la résistance et l’isolation au naturel

Il est le plus connu  des matériaux traditionnels pour les cloisons dites humides (assemblé au mortier-colle). Le carreau de plâtre présente naturellement de bonnes performances en matière d’isolation acoustique, de résistance au feu et de résistance mécanique (encaisse les chocs et permet de réaliser des cloisons de grande hauteur). 


Décliné en 3 épaisseurs (5, 7 et 10 cm) et de forme rectangulaire (66x50 cm en standard), on distingue 2 types de carreaux de plâtre : 

  • plein : le plus résistant et le plus isolant acoustiquement des carreaux… mais également le plus lourd ! Il est donc déconseillé sur un plancher bois d’étage par exemple.
  • alvéolaire : permet de passer des gaines et plus légers… mais moins performant sur le plan de la résistance mécanique.  

Tout comme la plaque de plâtre, sachez qu’on peut le retrouver également en version hydrofuge (pour les pièces humides) et haute dureté (pour une résistance aux chocs renforcée). 


Le béton cellulaire - naturellement performant

Le carreau de béton cellulaire est un matériau léger et costaud, mais également naturellement hydrofuge, ininflammable, et aussi solide qu’une brique ou un parpaing. Cerise sur le gâteau, il est performant aussi d’un point de vue acoustique. Comme le carreau de plâtre, on le retrouve dans les épaisseurs 7 et 10 cm pour la réalisation des cloisons. Il convient aussi bien aux pièces sèches qu’aux pièces humides, comme la salle de bain. Sa mise en œuvre (matériau peu répandu en France, donc peu d’artisans capables de s’en occuper) et son prix font de ce produit un matériau peu plébiscité.  


La brique en terre cuite – résistante, respirante et tout en légèreté

En terre cuite et creuses, les briques pour cloison sont plutôt légères… mais ce qui ne les empêchent pas d’être très résistantes.  Sachez également qu’elle régule l’humidité ambiante de la pièce et offre un meilleur confort thermique en été,  du fait de sa capacité à laisser passer l’air entre les pièces. On parle d’un matériau respirant. Présentées sous la forme de carreaux (plus ou moins les mêmes dimensions que les carreaux de plâtre), on la retrouve dans des épaisseurs allant de 5 à 10 cm. Elle est particulièrement adaptée aux pièces humides car naturellement hydrofuge. Son inconvénient majeur est sa performance acoustique. La brique de cloison est plutôt mauvais élève dans ce domaine.

Le verre – tout en transparence

En cloison, le verre est utilisé principalement sous deux formes.

La plus connue étant la verrière que l’on retrouve essentiellement dans les pièces à vivre, comme élément de séparation entre deux espaces (par exemple entre un salon et une cuisine). Elles associent une structure (en acier ou en alu) à des panneaux de verre. Il existe également la brique de verre, appelée également pavé de verre. Elle est proposée généralement dans un format carré dont les côtés mesurent 19 cm, et l’épaisseur 8 cm. En terme de finition elle offre une multitude de finitions (colorée ou non, translucide, opaque ou transparente, texturée, etc.). Hydrofuge, la brique de verre peut trouver également sa place dans les pièces d’eau, comme la salle de bain.

Le verre s’utilise uniquement lorsqu’un besoin de laisser passer la lumière est nécessaire. En revanche si vous êtes à la recherche d’une bonne isolation acoustique, passez votre chemin.

Des solutions de cloisons spécifiques pour chaque problématique

Vous avez un besoin spécifique, nous avons la solution. Sachez qu’il y a autant de solutions que de problématiques… mais pour ne pas vous perdre dans les méandres de la technique, suivez le guide !

Vous avez besoin d’une cloison dans une pièce humide ?

Pour aménager une pièce d’eau (salle de bain, cuisine, toilette, etc.), il est nécessaire de choisir un matériau adapté pour éviter tout risque moisissure. La solution : des matériaux hydrofuges ! 

En matière de cloisons, plusieurs solutions sont possibles. La plus répandue est la cloison en plaque de plâtre. Facile à identifier, la plaque de plâtre hydrofuge a son parement de couleur vert. Saint-Gobain propose d’ailleurs un excellent produit dans ce domaine : la Placomarine® BA 13. Autre solution possible : le carreau de plâtre hydrofuge, plein ou alvéolaire. Comme la plaque de plâtre Placomarine®, il est identifiable à sa couleur verte à l’instar du Caroplatre® Hydro de Placo®. Son assemblage se fait au moyen d’un mortier colle spécifique et adapté (Placol Hydro). La dernière possibilité est de recourir à des matériaux naturellement résistants à l’eau. Brique en terre cuite, carreaux de béton cellulaire… vous n’avez que l’embarras du choix. Mais n’oubliez pas, leur mise en œuvre est plus complexe et plus longue que la cloison en plaque de plâtre.

Vous voulez un air plus sain dans votre habitation ?

Notre environnement intérieur pullule de matériaux, de produits ménagers, de parfums dégageant dans l’air une pollution nocive pour notre santé : les composés organiques volatils (COV).

Rassurez-vous, il existe une solution performante, 100% Saint-Gobain : la plaque de plâtre Placo® Activ’Air® ! Montée sur une ossature métallique dans laquelle est insérée un panneau acoustique de laine de verre (par exemple de le PAR PHONIC d’Isover), elle agit comme un « dépolluant ». La plaque Activ’Air®  de Placo® capte les composés organiques volatils pour les rendre inoffensifs.  En terme de performance, elle permet de de réduire jusqu’à 80% de la concentration de formaldéhyde dans l’air ambiant.

Ce type de cloison est particulièrement adapté dans les chambres, salons ou encore les salles de jeux des enfants, où l’on passe du temps.

Vous souhaitez accrocher des objets lourds et une résistance aux chocs renforcée ?

2 possibilités s’offrent à vous. 

La première solution, la plus performante, est une solution  à base de plaques de plâtre très haute dureté montées sur une ossature métallique. La plaque Habito® proposée par Placo® répond pleinement à ce besoin. Non seulement elle est deux  fois plus résistante aux chocs qu’un mur en parpaing creux, mais elle permet également la fixation d’objets très lourds (ex : meubles de cuisines). 

La seconde option, moins performante et plus fastidieuse à mettre en œuvre, est de recourir à une cloison maçonnée. Dans cette catégorie, vous allez retrouver le carreau de plâtre le carreau de brique en terre cuite et le béton cellulaire. Plus l’épaisseur de la cloison sera importante, meilleure sera la performance. Et si vous optez pour du carreau de plâtre, privilégiez du carreau plein.

Vous avez besoin de calme ?

A part la brique terre cuite, les cloisons maçonnées (carreau de plâtre, béton cellulaire) sont une solution basique et fonctionnelle, à condition de partir au minimum sur 7 cm d’épaisseur. 

Mais si vous voulez la tranquillité tant recherchée, que vous voulez ne pas être dérangé ou dérangez, optez pour solution en plaques de plâtre 100% Saint-Gobain ! Associez donc une plaque de plâtre Placo® Phonique de Placo® avec panneau isolant de laine de verre PAR PHONIC d’Isover et vous aurez un duo gagnant.

Et pour un maximum de performance nous vous conseillons de choisir une épaisseur de laine de 70 mm.

Vous avez une grande hauteur sous plafond ?

Au-delà de 3 m de hauteur, il est plus courant de recourir à des cloisons maçonnées (dites humides) que des cloisons sèches en plaques de plâtre.

Une cloison en carreau de plâtre ou en terre cuite est un bon allié dans ce domaine. A titre d’exemple, avec un carreau de plâtre Caroplatre® 7 de Placo de 7 cm d’épaisseur, vous pouvez ériger une cloison de 4 m de haut ! 

Pour une cloison en plaques de plâtre, il faut plus que doubler les montants et les plaques pour arriver à la même hauteur, donc un coût et une mise en œuvre mois intéressante. 

Vous avez besoin de laisser passer la lumière ?

Pas de doute, le verre est naturellement une solution. Brique de verre, panneaux de verre, verrière… vous n’avez que l’embarras du choix. Formes, motifs, couleurs, presque déclinables à l’infini !

Au-delà de sa fonction, c’est également un atout déco pour votre intérieur. Il apportera du cachet à votre pièce. Très tendance, la verrière, avec ses fins profilés en aluminium (ou acier), elle vous apportera la juste combinaison entre lumière et cloisonnement. Elle agrandit non seulement visuellement l’espace de la pièce mais ajoute également une touche de légèreté. Pour ce qui est du verre, il peut être : transparent, dépoli, teinté, à motifs …en d’autres termes il y’en a pour tous les goûts !
Autre solution possible : le claustra en bois. Cloison légère et ajourée, il délimite également l’espace et laisse passer harmonieusement la lumière.  Ultra personnalisable avec ses différentes formes ou motifs, il trouvera sa place dans tous les types d’intérieurs.