Une maison évolutive : un aménagement adapté à ses occupants

Une maison facile à vivre est une maison bien conçue, saine, tenant compte de tous les enjeux de bien-être thermique, acoustique, esthétique ou encore sure mais intégrant une notion d’évolutivité ou de modularité, pour anticiper les joies ou les aléas de l’existence. Grâce aux nouvelles technologies, elle peut même devenir intelligente et offrir des dimensions d’usage insoupçonnées.
 

Le concept de la maison évolutive 

Dans un monde idéal, le principe de la maison évolutive, que l’on peut aussi nommer maison facile à vivre, devrait être décidé dès le projet de construction, à la création du plan de votre habitation. La maison serait de plain-pied, pour éviter les étages pénibles à monter et à descendre à tout âge. La maison évolutive répond aux changements de rythme et de vie d’une famille. Le choix des matériaux, des menuiseries, mais aussi du mobilier, répond aux attentes du plus jeune occupant jusqu’au plus âgé. 


Les critères pour créer cet habitat parfait, ce logement facile à vivre, sont ainsi nombreux : 
 

La surface d’habitation

Elle doit être suffisante pour se déplacer facilement, pour recevoir ou encore aménager avec ses goûts son intérieur. La maison évolutive prend en compte les besoins futurs, avec la possibilité d’étendre l’habitation via une extension.
 

Les matériaux

Ils sont choisis pour durer. Ils doivent répondre aux plus hautes exigences en termes de confort. Isolation thermique, isolation acoustique, esthétique, simplicité d’entretien… Autant de qualités à checker lors de la construction ou la rénovation de votre habitation.
 

L’énergie

Une maison évolutive, c’est aussi une maison responsable, avec un choix d’énergie durable. 

Maison évolutive : l’heure du choix

Le choix de portes

Tout d’abord, c'est une maison où les habitants peuvent évoluer facilement.

Finis les portes étroites ou les couloirs exigus, place à l’espace qui évite de se cogner partout, qui permet de circuler aisément, de réaménager ou de réagencer le mobilier sans se poser des questions cornéliennes dès qu'il s'agit de meubles encombrants.

Prévoir des couloirs et des portes avec une largeur de passage à minima de 120 centimètres, c’est un plus fonctionnel au quotidien, quand cela est possible bien sûr. En matière de portes, il faut privilégier les portes coulissantes qui libèrent de l’espace et sont faciles à manier.

A galandage, intégrée à la cloison, ou en applique, elles offrent désormais une infinie variété de couleurs et de motifs pour allier ergonomie et esthétique.

Les sols antidérapants

Pour la sécurité de tous, en extérieur comme en intérieur, il faut prévoir des revêtements de sols antidérapants pour toutes les pièces susceptibles de recevoir des projections d’eau. La salle de bain, mais aussi la cuisine, la buanderie, et le garage, qui peuvent rapidement devenir de réelles patinoires.

Les cloisons

Les cloisons ont une importance toute particulière puisque, outre leur fonction de distribution, elles supportent également des objets, voire des meubles, dans la cuisine par exemple.

Elles peuvent être sujettes aux chocs dans les chambres d’enfants ou les couloirs, tout comme elle peuvent recevoir des barres de maintien, des sièges de douches et autres étagères en salle de bain. Dès lors, il convient d’opter pour des cloisons en plaques de plâtre renforcées qui offrent une résistance et une durabilité sans égal, pour anticiper toutes les évolutions de l’habitat. Les cloisons sur ossatures métalliques, dans leur fonction première de distribution, c’est-à-dire création de nouveaux espaces de vie ou de circulation, permettent en outre d’y intégrer les câblages électriques et autres tuyaux d’alimentation, pour optimiser l’ergonomie d’usage d’éventuels dressings, mini salles d’eau ou espaces bureaux. Il sera ainsi possible de créer facilement de nouveaux espaces en scindant une grande chambre en deux plus petites ou en créant un espace toilettes dans une autre.


Les verrières

Les verrières sont également aujourd’hui un moyen extrêmement pratique d’isoler un espace dans une pièce plus grande pour créer un bureau, un espace détente, un espace de jeu.

Plus modulaire qu’une cloison « en dur », elles permettent de créer de nouveaux espaces fonctions dans une pièce existante. En ce qui concerne l’intimité, il est possible aujourd’hui d’équiper les verrières de vitrages spéciaux en intégrant un store avec Climaplus  Screen, double vitrage qui intègre des stores à lames, en intérieur comme pour l’extérieur,  ou bien avec un vitrage à opacification commandée SGG Privalite, qui occulte à volonté les parties du logement que vous ne souhaitez pas divulguer. 

Les sanitaires

Il est également possible de prévoir l’intégration de sanitaires grâce à une réservation d’arrivée d’eau et d’évacuation, pour des combles non encore aménagés, ou encore au rez-de-chaussée pour une maison qui n’en serait pas dotée, afin d’anticiper d’éventuels besoins futurs. Un gain de temps précieux lors de travaux de réaménagements.

L'ergonomie électrique

Par-delà les impératifs des normes électriques, l’ergonomie de l’éclairage et des réseaux électriques est également un élément clef dans un habitat facile à vivre. Il n’y a rien de plus énervant que de n’avoir pas prévu un nombre suffisant de prises de courants, de devoir traverser une pièce ou un couloir dans la pénombre pour trouver un interrupteur, ou encore de chercher l’adaptateur pour son smartphone ou sa tablette.

Toutes les fonctionnalités existent aujourd’hui, encore faut-il savoir se projeter dans ses besoins présents et à venir. Par exemple, la tendance étant de regarder davantage la télévision via Internet, autant prévoir une prise USB proche du lit, comme une prise RJ45 pour les moyens de communication, en plus d’une prise de courant classique pour la lampe de chevet.

L’éclairage est également un point clef notamment dans les zones de passage tels que les escaliers souvent trop sombres. Spots encastrés dans les limons ou encore mains courantes lumineuses, ou encore détecteur d’allumage avec voyant de balisage, de nombreuses solutions existent pour faciliter les déplacements dans les espaces mal éclairés. 

La salle de bain : la pièce aux mille dangers

Point éminemment sensible : la salle de bain, qui est le lieu où se produise plus de cinquante pour cent des chutes.

La douche et le lavabo

Dans bien des cas, nos logements anciens comportent toujours des baignoires qui, à la longue, finissent par devenir de véritables obstacles.

La douche est la solution la plus durable. Le receveur doit être le plus bas possible. La douche dite à l’italienne, c’est-à-dire à fleur de sol, reste l’idéal et dans ce cas, le sol doit être le plus antidérapant possible. Il est aujourd’hui possible grâce aux nombreuses gammes de mosaïques antidérapante d’allier sécurité et esthétique. Pour les appartements où il n’est pas possible de creuser le sol, des receveurs extra plats couplés à une pompe d’évacuation permettent de limiter à 3 centimètres la hauteur de franchissement pour accéder à la douche.

D’une manière générale, toujours privilégier les parois de douche avec une grande largeur de passage, au minimum de cinquante centimètres, ou les douches ouvertes ou semi ouvertes.

Toujours dans la douche, les points d’assise et d’appui sont indispensables.

De nombreux sièges de douches, toujours plus design, permettent une toilette en position assise. Une barre verticale est nécessaire pour sécuriser entrée et sortie de douche, et une barre en L ou en T inversé permet de se tenir ou d’aider à s’asseoir ou à se relever sans efforts. Côté robinetterie, toujours privilégier les robinets thermostatiques pour éviter les brûlures, munis de manettes de préhension rallongées pour faciliter l’usage des robinets. Ici également, les offres ont nettement progressé en termes d’esthétique. Enfin, ne pas négliger le rangement dans la douche, soit avec des niches aménagées directement dans l’espace de douche, soit avec des étagères intégrées dans les barres de maintien.

Côté lavabo, l’idéal est de pouvoir s’assoir pour éviter les trop longues stations debout, soit en optant pour un plan de travail intégrant une vasque avec siphon déporté à une hauteur de 70 centimètres, soit installer un meuble coiffeuse c’est-à-dire dissimulant un lavabo avec coffre siège confortable, muni de roulette, discret et esthétique et intégrant un espace rangement.

Les toilettes

Enfin l’espace toilette devra lui aussi faire preuve d’attention pour offrir une hauteur d’assise adaptée à la taille des personnes et aux besoins d’usage. En la matière, les toilettes suspendues permettent un réglage au centimètre près de la hauteur d’assise tout en facilitant l’entretien et l’hygiène. Très en vogue, les toilettes lavantes séchantes offrent en plus une qualité d’hygiène intime accrue, et un confort d’usage incomparable. Tout comme la douche, une barre d’appui permettant de faciliter assise et relevage se révèle très utile, voire indispensable selon les cas.


L'éclairage

Valable pour la salle de bain, comme pour tout le reste de la maison, l’éclairage doit être particulièrement soigné pour éradiquer les zones d’ombre pouvant cacher des obstacles, mais aussi pour éviter les éblouissements. Intimement lié à l’éclairage, les autres fonctions électriques sont elles aussi à soigner. Des interrupteurs ou va et vient lumineux permettent de mieux se repérer la nuit, des interrupteurs munis de détecteurs de mouvements permettent l’éclairage automatique des zones de passage. Les prises de courant, toujours trop souvent installées proche du sol, peuvent être rehaussées pour éviter de se baisser inutilement.

La cuisine

Côté cuisine, le bon sens doit primer pour rendre cette pièce pratique à l’usage.

Ainsi les tiroirs pour les meubles bas, permettent de saisir les objets par le dessus et sont toujours plus pratiques que des portes qui deviennent vite gênantes et contraignent à se baisser. Quant aux meubles hauts, il est possible de les faire rabaisser par votre artisan pour les atteindre plus facilement, afin d'éviter tout risque inutile. Il est possible aussi d’équiper sa cuisine d'un four ou d'un réfrigérateur à tiroir, qui permettent de ranger les commissions ou de surveiller la cuisson sans se baisser.

Nombre de ces conseils ne s’adressent pas uniquement aux personnes en perte d’autonomie. L'ergonomie, sans négliger design et plaisir, convient à tous. C’est le principe d’une maison plus facile à vivre : un habitat qui offre confort et sécurité à toutes les générations.

Une maison évolutive c’est penser à demain

Toute perte de mobilité, qu'elle soit ponctuelle et liée à un accident comme une jambe cassée, ou permanente et liée à des déficiences en termes de motricité ou sensorielles, ou encore liée à l’âge ou au handicap, nécessite un aménagement, pour accroître la sécurité, sans négliger ni son confort ni l’esthétique de son habitat.

 

Minimiser tout obstacle

La première préoccupation doit pouvoir être de circuler sans heurts chez soi. L'idéal est la maison de plain-pied qui est bien plus facile à vivre au quotidien pour déambuler à l’intérieur ou à l’extérieur, et évite escalier et autre ressaut propices à chutes ou à effort inutile. Mais en rénovation, il faut faire avec l’existant, et surtout l’ergonomie du bâtiment à rénover. Si l’on ne peut supprimer les obstacles, il faut au moins les signaler en contrastant marches et contre marches, ce qui peut également renforcer l’effet décoratif. Nez de marches antidérapant permanents ou bandes antidérapantes contrastées autocollantes permettent de sécuriser et baliser tout obstacle dans votre maison. Bien sûr, tous les revêtements de sols antidérapants sont nécessaires dans les pièces humides et notamment dans la salle de bain où se produisent le plus grand nombre de chutes. La classe de glissance doit être exactement de R10. En dessous, le risque de glissance reste élevé. Au-dessus, le blocage des semelles risque de provoquer des chutes par l’avant.

Points d'appui

Il faut également multiplier les points d’appui dans les zones de passage en intérieur ou en extérieur.

Il est alors possible de sécuriser les terrasses par des gardes corps, mais il est aussi envisageable d’installer des mains courantes d’extérieur pour continuer à profiter des joies du jardin sans risques.

Il en va de même en intérieur, où une main courante peut être installée dans les couloirs ou les chambres, mais également dans les escaliers afin d’avoir deux points d’appui en complément de la rampe existante, pour sécuriser montée et descente sans avoir à passer par la case Monte-Escalier.

 

Vous êtes prêt à vous lancer ?
Il n'y a plus qu'à contacter un artisan !