Énergie : comment réduire sa facture ?

Les charges énergétiques constituent une part importante de nos dépenses. Aussi, elles peuvent parfois peser lourd sur notre pouvoir d’achat et nous obliger à faire de nombreuses concessions. Si l’électricité augmente chaque année de manière importante, le propane, le fioul ainsi que le gaz naturel ne sont pas non plus en reste.

Nous vous apportons tous nos conseils et astuces pour réduire significativement vos dépenses énergétiques :

Quel est le coût des énergies ? 

Il existe une disparité assez importante entre les différents tarifs des énergies. Quelles sont les plus onéreuses ? Nous faisons le point avec vous : 

L’énergie au bois 

C’est la moins onéreuse de toutes. Elle est également très écologique puisque les arbres  captent davantage de CO2 qu’ils n’en rejettent lors de leur combustion. En termes de coût, il faudra compter de 1000 à 20 000 euros pour l’achat et la pose d’un poêle à bois et du conduit d’évacuation, et environ 0,073 euros/KWh. Veillez à ce que celui-ci soit bien dimensionné afin de répondre à vos besoins en chauffage. En termes d’entretien, un ramonage est obligatoire à réaliser tous les ans (généralement au printemps après la période de chauffe). Pour cette intervention, comptez de 40 à 70 euros. 

Le chauffage au gaz

C’est une bonne alternative particulièrement bien adaptée si vous vivez en zone urbaine et  que vous n’avez pas forcément l’équipement, ou l’espace de stockage nécessaire pour pouvoir vous chauffer au bois. Si le coût d’installation des chaudières représente un budget conséquent, le prix du KWh de gaz naturel est quant à lui plutôt économique à long terme : 0,086 euros/KWh. En termes d’entretien, il faut prévoir une révision obligatoire chaque année. Comptez entre 100 à 150 euros pour l’entretien.

Le chauffage au fioul

Si votre commune n’est pas raccordée au gaz naturel, le chauffage au fioul est une solution  intéressante. Toutefois, en plus du coût de l’équipement (coût moyen de 4000 euros), le prix du KWh commence à être assez élevé : 0,101 euros/KWh. Par ailleurs, il faudra prévoir un entretien annuel du chauffage au fioul.  De 100 à 200 euros pour l’entretien.

Le chauffage au propane

Encore un peu plus cher que le chauffage au fioul mais plus respectueux de l’environnement,  ce système nécessite l’achat et l’installation d’une citerne pour laquelle il faudra prévoir entre 1500 et 4500 euros d’investissement, auquel il faut rajouter une consigne pour la citerne (de 200 à 1600 euros). Le prix du KWh quant à lui s’élève à 0,163 euros et a dépassé cette année celui de l’électricité. L’entretien de la chaudière est en outre obligatoire chaque année et coûte entre 50 et 180 euros.

Le chauffage à l’électricité

L’électricité est connue pour être l’énergie la plus chère pour se chauffer. Simple et peu  onéreux à installer, ils ne nécessitent aucun entretien particulier. Toutefois le prix du KWh d’électricité ne cesse d’augmenter chaque année et il s’élève en 2018 à 0,152 euros. 

Comment réduire sa facture d’électricité ?

Lorsque l’on ne sait pas comment s’y prendre, réduire sa facture énergétique peut sembler  abstrait. Si beaucoup pensent que cela passe forcément par une diminution du confort, ils se trompent !

La preuve avec quelques actions qui pourraient avoir un impact positif sur vos dépenses : 

 

Se chauffer à la bonne température

Durant la saison hivernale, le chauffage représente un poste de dépense conséquent.

Pour économiser l’énergie, c’est donc sur votre mode de chauffe qu’il va falloir analyser dans un premier temps. Tout d’abord, veillez à ne pas chauffer des pièces dans lesquelles vous ne vivez pas ! Ainsi, les toilettes ou les couloirs par exemple n’ont en principe pas besoin d’être chauffés. Par ailleurs, sachez que des températures moins élevées sont à privilégiées pendant la nuit car elles favorisent le sommeil et évitent l’assèchement dû à une température trop forte.

Voici les préconisations de températures :
 

  • Dans les pièces à vivre comme le salon, la salle à manger ou encore la cuisine, 19°C  sont recommandés ;
     
  • Dans la salle de bain, afin de ne pas attraper froid, vous pouvez augmenter votre chauffage à 21°C ;
     
  • Dans les chambres, cela peut paraître surprenant mais la température idéale pour dormir est de 16°C.
     

Par ailleurs, la nuit, il est conseillé de baisser ses radiateurs de 3°C dans toutes les pièces de la maison. 

Les conseils de l'expert L'Artisan

Afin de pouvoir programmer ces différentes températures adaptées en fonction des pièces de votre logement, il est conseillé d’opter pour un thermostat. Cela vous permettra de réguler la température à votre guise sans vous en préoccuper par la suite ! Vous ferez ainsi des économies sans même vous en apercevoir et en maintenant un bon niveau de confort. 

L'Artisan

Utiliser la source d’énergie la moins chère

Vous avez pu le constater plus haut, il existe d’importantes disparités entre les tarifs des différentes énergies. Aussi, si vous êtes équipés de chauffage électrique ou au propane par exemple, il pourrait être avantageux de changer votre équipement pour passer soit au bois soit au gaz naturel si vous en avez la possibilité.

Choisir les bons équipements électriques

Lorsque nous nous rendons en magasin, que ce soit pour acheter de l’électroménager ou un  équipement audiovisuel ou high-tech ; nous sommes assez peu informés sur la consommation d’énergie qu’ils requièrent.

Aussi, sachez que concernant l’électroménager, il faudra privilégier les appareils classés A+++ car ce sont les moins gourmands en énergie. Pour ce qui est de votre choix de télévision, notez que les modèles Plasma sont plus consommateurs que les récents téléviseurs LCD, LED ou OLED.

Enfin, choisissez un ordinateur portable plutôt qu’un ordinateur fixe et sachez que plus l’écran sera grand, plus il sera consommateur d’énergie.

Ne pas laisser ses équipements en veille

Saviez que vous que même en veille vos appareils continuent de consommer de l’électricité ? Ainsi, ils peuvent engendrer un surcoût d’environ 80 euros de plus sur votre facture énergétique à la fin de l’année. Pour éviter cela, les multiprises avec interrupteurs sont une bonne solution et permettent d’éteindre totalement vos équipements.

 

Entretenez vos appareils générateurs de froid

Votre congélateur ainsi que votre réfrigérateur doivent être régulièrement entretenus si vous ne voulez pas avoir une surconsommation d’énergie. Ainsi, ils doivent être dégivrés dès que l’épaisseur de givre atteint 3 millimètres. Par ailleurs, veillez à les éloigner le plus possible des différentes sources de chaleur (four, radiateur, fenêtre exposée au soleil etc.).

 

Privilégier les douches aux bains

Les bains sont très relaxants et agréables particulièrement à la fin d’une journée d’hiver. Toutefois, il faut savoir qu’un bain équivaut à deux douches. Toutefois, une douche de plus de 10 minutes consomme davantage qu’une baignoire remplie. Par conséquent, veillez à garder un bon équilibre pour contenir vos dépenses ! 

Pourquoi sa propre électricité

De plus en plus prisée par les français, l’autoconsommation présente de multiples avantages. Vous hésitez encore à produire votre propre électricité ? Vous avez quelques appréhensions à sauter le pas ? Voici quelques atouts qui devraient vous faire succomber : 

Tout d’abord, c’est indéniable, le premier avantage auquel on pense lorsque l’on parle d’autoconsommation provient des économies qu’elle génère.

En effet, si vous parvenez à  produire suffisamment d’électricité pour l’ensemble de votre logement, vous ne serez plus dépendant des divers fournisseurs d’énergie ce qui aura pour conséquence de vous faire réaliser d’importantes économies. En effet, en produisant vous-même votre électricité, il faut savoir que le coût de revient du kWh est inférieur à celui que vous achetez auprès d’un fournisseur. Par ailleurs, si vous produisez trop d’électricité ou que vous décidez de n’en consommer qu’une partie, vous pouvez la revendre à un fournisseur d’électricité ce qui permet de générer un revenu supplémentaire non négligeable. 

L’autoconsommation est par ailleurs facile à gérer.

Pas besoin d’être un expert pour produire sa propre électricité ! Une fois bien installés, les panneaux solaires par exemple ne demandent que très peu d’entretien. Il vous suffira seulement de les nettoyer de temps en temps afin qu’ils puissent capter les rayons du soleil de manière optimale et vérifier ponctuellement les fixations pour prévenir d’éventuels accidents. 

Produire soi-même sa propre électricité c’est également faire un geste pour l’environnement car vous faites appel aux énergies renouvelables (le soleil, le vent et l’eau) contrairement aux différents fournisseurs d’électricité qui puisent l’énergie dans les centrales nucléaires. 

Enfin, si vous vivez au sein d’une région isolée et que vous ne bénéficiez pas de raccordement au réseau de distribution, fabriquer vous-même votre électricité peut être la solution adéquate (le raccordement au réseau de distribution peut en effet être complexe et onéreux à mettre en place). 

Plus il y a d’habitants au sein de votre logement, plus vite sera rentabilisé votre équipement d’autoconsommation. 

Comment produire soi-même son électricité ?

Il existe différentes manières de produire son électricité. Si l’on pense de premier abord à l’énergie solaire avec les panneaux photovoltaïques, il faut savoir que ça n’est pas le seul moyen pour produire son énergie. Voici les trois possibilités qui s’offrent à vous :

Produire sa propre électricité grâce au soleil et aux panneaux photovoltaïques

Commençons par la solution la plus connue et la plus prisée : les panneaux solaires ou photovoltaïques.

Installés le plus souvent sur une toiture, il est nécessaire que celle-ci bénéficie d’une bonne exposition au soleil. Cette alternative est très plébiscitée car elle est relativement simple à mettre en place. En effet, aucune démarche administrative n’est nécessaire pour en installer chez vous car c’est l’installateur lui-même qui s’occupe de tout. Par ailleurs, au regard de la demande croissante, les prix des panneaux solaires (au départ très élevés) tendent à baisser au fil des années même si l’investissement de départ reste malgré tout conséquent.

 

Produire sa propre électricité grâce au vent et aux éoliennes

Cette solution moins commune chez les particuliers permet de produire de l’énergie grâce à la force du vent.

Il faut savoir que plus les pales de l’éolienne sont larges et plus le vent souffle fort, plus il y aura d’électricité produite. Toutefois, pas de panique, vous ne devrez pas vous encombrer d’une immense éolienne dans votre jardin. Il existe des éoliennes domestiques, plus petites, adaptées à la superficie de votre terrain. 

Produire sa propre électricité grâce à l’eau et à l’hydro-turbine

Encore moins connue, cette solution consiste à produire de l’électricité grâce à la force du courant aquatique.
 

Toutefois, produire son électricité grâce à l’eau n’est pas accessible à tout le monde. En effet, cela nécessite de disposer d’un cours d’eau avec un débit suffisant à proximité de chez soi. Les démarches administratives sont en outre assez contraignantes. Quelle que soit la solution pour laquelle vous opterez, afin de produire de l’électricité, toutes génèrent un courant électrique continu. Or, nos appareils domestiques fonctionnent quant à eux en courant alternatif. Aussi, afin qu’ils puissent être alimentés en électricité, vous devrez par conséquent ajouter un convertisseur de courant (ou onduleur). N’hésitez pas à vous faire conseiller par un professionnel qui pourra vous aiguiller vers la solution la plus adaptée à votre habitation ainsi qu’à votre mode de vie. 

Produire son électricité, combien ça coûte et quelles économies à la clef ?

Décider de produire soi-même sa propre électricité peut paraître inabordable au premier abord car l’investissement de départ reste conséquent. Toutefois, les prix des installations tendent à baisser et il faut également prendre en considération les économies que cela peut engendrer sur le long terme. Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques indicatifs : 

Zoom sur l’installation photovoltaïque

Le coût des panneaux solaires a été divisé par deux en 5 ans.

Ainsi aujourd’hui pour un panneau solaire intégré à votre bâti d’une puissance de 3 kW, il faudra compter environ 13 000 euros TTC. Ce coût peut énormément varier selon les matériaux choisis, les dimensions du panneau ou encore sa qualité. Pour un panneau solaire d’une puissance supérieure (9 kW), les prix avoisineront les 36 000 euros. Néanmoins, sachez que grâce à votre installation photovoltaïque, vous pourrez réaliser entre 200 et 600 euros d’économie par an sur votre facture énergétique. Par ailleurs, il est possible de revendre une partie de l’énergie produite ce qui peut générer des revenus supplémentaires intéressants (environ 1800 euros par an pour une installation de 6 kW). La durée de vie moyenne des panneaux solaires varie de 20 à 25 ans. Au-delà de cette période, leur rendement est réduit d’environ 20%. Par conséquent, il faudra songer à renouveler votre équipement passé ce délai. 

Zoom sur l’installation éolienne

Le prix d’une éolienne domestique est plus conséquent.

Il faudra en effet prévoir entre 10 000 et 90 000 euros d’installation en fonction de la puissance choisie.

Par ailleurs, ça n’est souvent pas la solution la plus rentable et elle s’avère plutôt contraignante en termes de démarches administratives. Ainsi, il est rare que l’éolienne puisse fournir 100% de l’électricité d’un foyer. On considère en effet qu’elle peut produire une moyenne de 30 à 50% de l’électricité d’un foyer composé de 4 personnes.

Enfin, pensez à vous renseigner auprès de votre mairie avant d’envisager son installation chez vous car elle est interdite en zone militaire, protégée ou classée.

Zoom sur l’installation hydroélectrique

L’investissement dans un dispositif hydraulique est lui aussi plutôt lourd et complexe.

En effet, si vous disposez d’un cours d’eau suffisamment puissant pour faire tourner la turbine de votre centrale, il est dans un premier nécessaire de faire une étude de faisabilité réalisée par un professionnel. Une fois celle-ci réalisée, vous devrez déposer une demande d’autorisation administrative, un permis de construire ainsi qu’une autorisation de travaux sur votre cours d’eau. Si toutes les autorisations vont ont été délivrées, prévoyez un budget d’environ 2000 à 10 000 euros par kW. On estime que l’investissement de départ peut être amorti sur 20 à 30 ans. 

Les conseils de l'expert L'Artisan

Pour produire votre propre électricité, vous aurez besoin, en plus de votre installation, de faire poser un onduleur qui permet de transformer le courant continu en courant alternatif. Ce matériel coûte entre 1000 et 2000 euros et devra être remplacé tous les 8 à 10 ans.

L'Artisan

Quel que soit votre choix, sachez que vous pouvez demander l’aide de votre commune afin d’obtenir des subventions. Celles-ci pourraient vous aider à réduire votre investissement de départ. Par ailleurs, vous pouvez également bénéficier sous certaines conditions du CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique). 

 

 

Vous avez des questions ? Besoin de renseignements supplémentaires ?
N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !