Construction d’une terrasse : les 6 questions-clés

Faire construire une terrasse est un projet enthousiasmant ! Ouverture sur votre jardin, elle vous permet de profiter des beaux jours et, par la même occasion, d’augmenter la surface utile de votre logement. Mais comment concevoir la terrasse la plus adaptée à votre situation et à vos envies ? Voici 6 questions-clés à vous poser pour que tout se passe comme prévu.

Un projet à venir ?

Construire une terrasse, oui, mais à quel endroit ?

Le choix de l’emplacement de votre future terrasse est primordial. Plusieurs critères entrent en jeu pour déterminer sa position optimale.
 

  • L’orientation : à quel moment de la journée souhaitez-vous profiter du soleil ? À quel point la terrasse sera-t-elle exposée aux intempéries ? Cette orientation aura également un impact sur le choix du revêtement de votre terrasse, et plus particulièrement sur sa couleur.
     
  • La proximité avec les arbres : l’emplacement est-il ombragé ? Y a-t-il des arbres à proximité qui risquent de gêner, de laisser tomber des feuilles ou des fruits, ou au contraire d’apporter une ombre qui sera la bienvenue ?
     
  • L’accès : y accéderez-vous par le salon, la cuisine, une chambre, ou directement par l’extérieur ? Si vous souhaitez y prendre des repas notamment, cette question prend toute son importance !

Construction d’une terrasse : quelle préparation du sol ?

Avant de construire une terrasse, il faut s’occuper du sol : le mettre à niveau, l’aplanir, le tout afin de gommer les aspérités.

Selon votre situation, des travaux de terrassement et/ou de surélévation peuvent être à prévoir. Ensuite, des plots, des parpaings ou une dalle (tous à base de béton) sont installés pour servir de support à la terrasse : on parle de « recouvrement ». 

Le nivellement du terrain est donc un point essentiel à aborder avant de vous lancer dans les travaux. D’autant plus que ces dépenses de terrassement, liées au choix de l’emplacement de la terrasse, vont impacter votre budget.

Le nivellement du terrain est donc un point essentiel à aborder avant de vous lancer dans les travaux. D’autant plus que ces dépenses de terrassement, liées au choix de l’emplacement de la terrasse, vont impacter votre budget.

Quel type de terrasse correspond le mieux à ma maison ?

Selon vos goûts et, surtout, selon la nature de votre maison et de votre terrain, vous pourrez construire une terrasse :
 

  • Attenante, ou dite « de plain-pied » puisqu’elle est construite au même niveau que votre logement ;
     
  • Surélevée, à partir de 60 cm au-dessus du niveau du sol ;
     
  • Suspendue, ou sur pilotis, c’est-à-dire soutenue par une charpente accrochée de manière perpendiculaire à votre façade. Elle repose en général sur plusieurs poutres porteuses fixées au sol ;
     
  • Sur le toit, on parle alors de « toit-terrasse ».

Comment déterminer la taille de la terrasse ?

Votre budget et l’emplacement que vous aurez déterminé participent bien entendu à la définition de la taille de votre terrasse. Il est cependant utile d’avoir quelques ordres de grandeur en tête avant de vous lancer dans la construction de votre terrasse.

  • 3 mètres de largeur : c’est le minimum pour pouvoir circuler confortablement autour d’une table de taille moyenne.
     
  • Pour une table et 4 chaises, comptez ainsi une terrasse comprise entre 5 et 10 m². Pour une grande table, prévoyez plutôt entre 10 et 15 m².
     
  • Enfin, si vous souhaitez faire de votre terrasse un véritable espace de vie, avec une table, mais aussi un barbecue, des jeux pour enfants ou encore des transats, 20 m² minimum sont recommandés.

 

Quel matériau choisir pour le revêtement ?

Les terrasses sont en grande majorité constituées de l’un des 4 matériaux suivants : bois, pierre, béton ou carrelage. Tout est une affaire de goût, de budget et d’entretien ! 

Construire une terrasse en bois

Facile à poser sur des plots réglables (dans ce cas, nul besoin d’une dalle de béton, ce qui permet également d’éviter l’appauvrissement du sol situé sous votre terrasse), il est respectueux de l’environnement. Naturel ou composite, il se décline sous forme de caillebotis ou de lames, et présente le meilleur rapport qualité-prix, puisque le terrassement n’est pas obligatoire dans le cadre de la pose sur plots.

Construire une terrasse en pierre

Résistante, facile d’entretien, dotée d’un cachet indéniable, la pierre reste le matériau dont l’entrée de gamme est la plus chère. Elle se décline sous 4 formes : le grès, le granit, le marbre, et l’ardoise, selon votre usage.

Construire une terrasse en béton

Résistant, facile d’entretien, robuste, ce matériau peut vous permettre de créer une certaine harmonie avec la façade de votre maison. Économique, il permet une personnalisation très poussée.

 

Construire une terrasse en carrelage

Très résistant, durable, antidérapant et facile à entretenir, ce matériau se décline dans différents coloris, aspects et formes.

Quel que soit le matériau choisi, évitez les produits corrosifs au moment du nettoyage. Côté budget ? Le prix de chacun de ces matériaux peut varier de 20 euros/m2 à plus de 150 euros/m2 selon la variété choisie : type de pierre, qualité du béton, essence de bois… 

En matière de couleurs de revêtement, votre choix doit prendre en compte le niveau d’exposition de votre terrasse, et vos envies.
 

  • Pour une terrasse fortement exposée aux rayons du soleil, partez sur des tons crème ou intermédiaires, tels que le gris clair, le beige, le taupe ou encore la couleur brique. Il faudra trouver le juste milieu, puisqu’un revêtement trop foncé captera fortement la chaleur... sans parler de la sensation désagréable pour les pieds nus. Et avec une couleur trop claire, vous risquez de souffrir de l’éblouissement et de la réverbération sur votre maison.
     
  • Si votre terrasse est plutôt ombragée, privilégiez les couleurs claires pour pallier au manque de luminosité. C’est également un très bon moyen de faire ressortir votre mobilier extérieur.

En fonction des conditions climatiques de votre région, de la nature du terrain et de l’orientation de votre terrasse, renseignez-vous au préalable sur le degré d’étanchéité du matériau et sur le système d’écoulement des eaux. Le poids du matériau est également un indicateur à considérer, surtout si vous optez pour un toit-terrasse.

Construction de terrasse : quelles démarches administratives ? 

Tout dépend des caractéristiques de la terrasse. Dans tous les cas, il est recommandé de se renseigner sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Celui-ci fixe parfois des obligations en termes d’emprise au sol ou de choix de matériaux. 

Démarches pour la construction d’une terrasse de plain-pied

Une terrasse de plain-pied non couverte n’est pas considérée comme une emprise au sol, sa construction n’exige donc aucune formalité administrative. Cependant, certaines communes imposent l’utilisation de matériaux précis : par précaution, pensez à consulter le PLU. 

Si vous optez pour la mise en place d’un auvent (terrasse couverte ou partiellement couverte), la surface est désormais considérée comme une emprise au sol.

Dans ce cas, voici vos obligations en fonction de la surface aménagée :

  • Moins de 5 m2 : vous n’avez pas de formalité à remplir.
  • Entre 5 et 20 m2 : vous devez réaliser une déclaration préalable de travaux.
  • Plus de 20 m2 : vos travaux requièrent un permis de construire.
     

Si votre commune est dotée d’un PLU, le seuil passe de 20 à 40m2.

Démarches pour la construction d’une terrasse surélevée

Une terrasse est dite « surélevée » lorsqu’elle s’élève à plus de 60 cm du sol. Dans ce cas, couverte ou non, elle est considérée comme une emprise au sol et les mêmes règles que celles d’une terrasse de plain-pied couverte s’appliquent.

Démarches pour la construction d’un toit-terrasse

Le permis de construire et l’accord de la copropriété sont uniquement obligatoires si vous installez cette terrasse sur un immeuble collectif.

Dans le cas d’un toit-terrasse de maison (sur la surface du toit d’une construction existante sans modification de toiture), l’aménagement ne viendra pas ajouter une emprise au sol supplémentaire au bâtiment : aucune démarche n’est donc nécessaire.

Si vous réalisez une modification de votre toiture pour accueillir votre toit-terrasse, les mêmes règles que pour la construction neuve s’appliquent (en complétant vos démarches d’une demande d’autorisation auprès de l’architecte des bâtiments de France si vous habitez en zone classée). Il vous faudra également recourir aux services d’un bureau d’étude structure pour vérifier que votre maison peut supporter le poids de cet aménagement.

Vérifiez au préalable que la construction de votre terrasse ne crée pas de préjudice à vos voisins en termes de vis-à-vis.

Vous avez maintenant toutes les informations pour concrétiser votre projet !
Il ne vous reste plus qu’à trouver l’artisan de la situation, afin de profiter de votre terrasse dès les premiers rayons de soleil venus.