Portail : le guide pour faire le bon choix !

Vous souhaitez faire installer un portail chez vous ou remplacer votre vieux portail ? Le portail est la première chose que l’on voit au moment d’entrer dans une propriété : son choix ne se fait pas à la légère ! Il faut donc se poser les bonnes questions : quelles ouvertures ? Quelle motorisation ? Quels matériaux ? Quelles finitions ? Quels travaux ? Quelle réglementation ? Nous vous aidons à bien choisir un portail en fonction de vos envies, de vos besoins et de votre budget. 

Un projet à venir ?

L’ouverture d’un portail : battant ou coulissant

Il existe deux types d’ouvertures de portail : les portails battants et les portails coulissants. La configuration de votre propriété et de ses environs va déterminer votre choix. 

Le portail battant

Le portail battant est composé de deux vantaux, qui s’ouvrent vers l’intérieur ou vers l’extérieur à 90° ou 180°, si la place est suffisante et s’il ne déborde pas sur la voie publique.

L’ouverture de portail vers l’intérieur reste la plus courante.

Ce type de portail offre un large choix de matériaux, de formes et de couleurs.

Dans le cas où votre terrain est en pente, il existe des modèles de portail équipés d’un système de relevage.

Ils possèdent des vantaux capables de s’adapter à l’inclinaison de la pente.

Généralement coûteux, il est recommandé de passer plutôt par l’installation d’un portail coulissant en cas de terrain pentu.

Les conseils de l'expert L'Artisan

Si l’entrée de votre maison est étroite, vous choisirez plutôt des battants s’ouvrant vers l’extérieur, à condition qu’ils n’empiètent pas sur la voie publique.

L'Artisan

Le portail coulissant

Le portail coulissant est composé d’un seul vantail et s’ouvre latéralement.

À la clé : un gain de place non négligeable, notamment si vous possédez un terrain peu profond.

L’installation d’un portail coulissant nécessitera la mise en place d’un rail au sol et un espace suffisant sur la largeur.

L’ouverture d’un portail coulissant s’effectue par un mouvement latéral, vers la droite ou vers la gauche.

Ainsi, vous ne risquez pas de gêner la voie publique. 

Sachez que ce système nécessite un dégagement horizontal égal à la largeur de votre portail, ainsi que l’installation d’un rail au sol ou d’un autoportant. 

Portail et matériaux : comment choisir ?

On recense cinq grands types de matériaux pour votre portail. Le portail de votre maison peut être en bois, en aluminium, en PVC, en fer forgé ou en acier, chaque matériau présentant ses avantages et ses inconvénients. Le prix, la praticité et l’esthétisme d’un matériau vont notamment orienter votre choix de portail. À vous d’arbitrer selon vos critères.  

Le portail en PVC

Le portail en PVC est largement favorisé par les petits budgets. C’est effectivement le moins cher du marché, mais aussi le plus simple d’entretien. Adaptés aux habitations situées en bord de mer, il aura par contre tendance à se ternir avec le temps. Attention, le portail en PVC est léger, il est possible de prévoir une armature renforcée en aluminium pour éviter les risques de déformation ou de casse. Le budget moyen : entre 900 et 1500 euros.  

Le portail en aluminium

Plus résistant et plus esthétique, le portail en aluminium est le choix durable, et d’un entretien réduit au minimum.

Disponible dans un large choix de couleurs, il offre de grandes possibilité de personnalisation. Par contre, il est sensible aux chocs.

Côté prix, le portail alu affiche un prix moyen de 1500 à 2000 €. 

Le portail en bois

Si le style de votre maison est authentique, pourquoi ne pas opter pour le traditionnel portail en bois ? Solide et esthétique, il apportera une touche naturelle et chaleureuse à votre extérieur. Le portail en bois nécessite cependant un entretien régulier et doit être traité avec des insecticides et des fongicides, sauf si vous privilégiez des essences de bois naturellement protégées (Red Cedar, Douglas, mélèze…). Budget moyen hors pose : de 800 à 1 000 €.

Le portail en acier

Le portail en acier est connu pour sa robustesse.

Ce matériau nécessite cependant un traitement spécial pour le protéger de la rouille.

L’entrée de gamme se situe autour de 1 000 – 1 500 €.

Le portail en fer forgé

On termine par le fer forgé. La solidité du fer forgé offrira à votre portail une certaine pérennité, en plus d’un esthétisme unique. Il faut cependant bien penser à le traiter contre la rouille et la corrosion. Le coût est très variable selon le style choisi et la complexité de la réalisation, notamment si vous faites appel à un artisan d’art.

A ces prix moyens s’ajoutent le coût de la main d’œuvre, autour de 250 – 300 € pour une pose simple.

La motorisation du portail 

La plupart des portails manuels peuvent être motorisés. Il faut simplement que votre portail soit en bon état, et qu’une arrivée d’électricité soit installé à proximité.

Il est possible d’installer une motorisation sur tous les matériaux : bois, alu, PVC, acier et fer forgé. Toutefois, plus un portail est léger, plus il sera facile de le motoriser. Inversement, un portail lourd nécessitera un système automatique plus élaboré et plus cher.

L’automatisme rend un portail beaucoup plus pratique d’usage. Vous n’avez plus besoin de stationner sur la chaussée ni de sortir de votre véhicule, ce qui est d’autant plus appréciable par mauvais temps. Ainsi, un portail motorisé vous permet de gagner en temps, en confort et en sécurité. 

Les critères pour le choix d’une motorisation de portail

Pour bien choisir la motorisation de votre portail, vous devez tenir compte de plusieurs critères : 
 

  • Le type d’ouverture du portail : le système d’automatisation diffère selon s’il s’agit d’un portail battant ou d’un portail coulissant.
     
  • Le poids du portail : si le portail est très lourd, il faudra opter pour une motorisation solide avec un moteur puissant.
     
  • La puissance électrique du moteur : les moteurs d’un automatisme de portail peuvent être en 220V, 12V ou 24V. Pour un dispositif simple, une alimentation 220V convient parfaitement. Les 12 et 24V ont l’avantage de rendre opérationnel l’automatisme du portail en cas de coupure de courant, et d’être économes en énergie.
     
  • La vitesse d’ouverture : de manière générale, un portail automatique met entre 8 et 20 secondes à s’ouvrir et se fermer. À vous de voir selon votre degré de patience. 
     
  • Le prix de la motorisation d’un portail va bien évidemment être déterminant dans votre choix : le coût est de minimum 300€ pour une motorisation entrée de gamme et peut atteindre jusqu’à 3000€ pour les systèmes haut de gamme. 

Motorisation d’un portail battant

Vous avez le choix entre 4 principales options pour la motorisation d’un portail battant :

 

  • La motorisation à bras est le système le plus utilisé, car il convient à toutes sortes de portails. Avec une ouverture en douceur grâce à des bras articulés sur chaque vantail, cette motorisation reproduit le mouvement du bras humain. Vous devez disposer d’un espace suffisant sur les côtés de votre entrée afin que les bras puissent se déployer.
     
  • La motorisation à vérins, puissante et solide, exerce une forte pression sur le portail au niveau des gonds. On la réserve donc aux portails battants très lourds et rigides, en acier ou en fer forgé.
  • La motorisation enterrée est une solution robuste et esthétique, puisque dotée d’un mécanisme invisible (pas de bras ni de vérin apparent). Cependant, son installation implique quelques travaux de maçonnerie. Elle convient aux portails lourds, par exemple en fer forgé. 
     
  • La motorisation intégrée suppose forcément l’achat d’un nouveau portail battant. En effet, comme son nom l’indique, elle est directement intégrée aux montants latéraux du portail lors de la conception, et donc totalement invisible. Son avantage par rapport à la motorisation enterrée : elle ne nécessite pas de travaux de maçonnerie. 

Motorisation d’un portail coulissant

Il existe 2 types de motorisation pour un portail coulissant. Elles fonctionnent avec un moteur à crémaillère : la motorisation à rail au sol et la motorisation autoportante.

Dans le cas d’une motorisation à rail au sol, le portail est posé sur un rail fixé au sol.

Celui-ci a pour rôle de guider le panneau pour accompagner le coulissement du portail.

Ce système du rail au sol reste le plus courant, car il s’adapte à tous types de portails. Pour être mis en place, il suppose le coulage d’une longrine au sol, et d’un socle pour soutenir le poteau de guidage et le moteur.

 

La motorisation autoportante est une alternative au rail au sol.

Le portail ne touche pas le sol et le mouvement du portail est assuré par une crémaillère.

Ce système est réservé aux produits plus petits et plus légers, comme les portails coulissants en aluminium, ou aux configurations où le sol ne peut pas accueillir de rail. 

Portail motorisé et sécurité

Plusieurs règles sont à respecter pour utiliser un portail motorisé en toute sécurité. 

La norme européenne EN 13241-1 a été mise en place dans le but de sécuriser les portails et les portes de garage motorisés. Le matériel utilisé doit être marqué CE pour prouver sa conformité avec la norme. En outre, l’installateur doit effectuer des tests afin de vérifier que votre portail automatique ne présente pas de risque de cisaillement, d’écrasement, de coincement.

    Pour être aux normes, les portails motorisés doivent aussi notamment être équipés de ces deux accessoires de sécurité : 

    • Des cellules photoélectriques permettant de détecter des personnes, des objets et des animaux
    • Un feu orange clignotant pour alerter de l’ouverture et de la fermeture du portail  

    Si vous souhaitez optimiser votre sécurité personnelle, vous pouvez intégrer une alarme, qui se déclenchera en cas de tentative d’intrusion.

    Certains modèles sont même capables de détecter une personne qui saute par-dessus un portail. Enfin, sachez que, pour plus de confort, l’ouverture de votre portail à distance peut être reliée à un interphone ou visiophone. Vous pouvez opter pour un dispositif sans fil, avec le risque d’avoir parfois quelques interférences, ou une solution filaire. Dans le second cas, il vous faudra prévoir une tranchée pour enterrer les fils.

    Quelle forme et quelle finition pour votre portail ?

    Sous toutes ses formes, le portail, qu’il soit en bois, en aluminium, en PVC, en acier ou en fer forgé, participe à l’esthétique de votre habitation. Vous avez le choix entre différentes formes et finitions pour qu’il s’intègre parfaitement à votre extérieur.
     
    Sept formes différentes de portail sont envisageables :

    Pour la finition, 3 options s’offrent à vous :

    • Ajourée pour ouvrir votre terrain sur l’extérieur (attention cependant si vous possédez un petit animal de compagnie, il pourra se faufiler entre les lisses) ;
    • Pleine pour vous mettre à l’abri de tout regard ;
    • Semi-ajourée pour un bon compromis entre les 2 solutions précédentes, associant sécurité et ouverture sur l’extérieur.

    Portail et installation

    S’il est possible d’installer son portail soi-même lorsqu’on est un bon bricoleur, il est tout de même fortement recommandé de faire appel à des professionnels. Les travaux de maçonnerie diffèrent selon s’il s’agit de l’installation d’un portail battant ou d’un portail coulissant. Dans les deux cas, il faut d’abord monter les piliers du portail, qui lui serviront de support.
     

    4 étapes pour l’installation d’un portail battant : 

    • L’examen des niveaux, du seuil, des piliers et du terrain 
    • Le repérage des points de fixation du portail 
    • L’installation des deux vantaux du portail entre les piliers  
    • Le scellement des battants au mortier 


    3 étapes pour la mise en place d’un portail coulissant : 

    • La vérification du niveau du sol et de l’écart entre les deux piliers 
    • La pose du rail de guidage  
    • L’installation de la butée d’arrêt

     

    S’il s’agit d’un remplacement de portail et que les piliers existent déjà, le relevé de cote devra être effectué avec une grande précision afin que votre portail s’intègre parfaitement dans l’existant.
     

    Question coût d’installation, le prix de la pose d’un portail s’échelonne entre 250 et 800€. Par exemple, l’installation d’un portail coulissant sera plus chère que celle d’un portail battant. De la même façon, l’installation d’un portail motorisé sera plus coûteuse que celle d’un portail manuel. 
    Bon à savoir : si votre maison a plus de 2 ans, vous avez la possibilité de bénéficier d’un taux de TVA à 10%. 

    Le choix du portillon


    Un portillon est une petite porte d’entrée qui accompagne généralement la clôture et le portail battant ou coulissant d’une propriété.

    Il possède une double fonction : un accès piéton rapide et facile, mais aussi l’optimisation de la sécurité d’une propriété. 

    Grâce au portillon, vous pouvez entrer et sortir à pied de votre habitation sans avoir à passer par le portail, qui est réservé aux allées et venues en voiture.

    Idéalement situé dans le prolongement de ce portail, il guide l’habitant et le visiteur dans une allée ou un jardin jusqu’à la porte d’entrée. 

    L’ouverture du portillon

    Tous les portillons sont battants. Ils sont composés d’un unique vantail d’une hauteur de 1 à 2 mètres, qui s’ouvre selon les configurations par la droite ou par la gauche. L’ouverture se fait généralement de l’extérieur vers l’intérieur. Dans le cas d’une maison en bord de rue en pente, il est possible de mettre en place une ouverture côté rue, de l’intérieur vers l’extérieur. Mais vous ne devez pas empiéter sur la voie publique. Il existe aussi des portillons réversibles, pouvant s’ouvrir dans les deux sens.

    L’installation du portillon

    L’installation d’un portillon s’effectue entre deux piliers ou deux poteaux.

    Comme pour les portails, les gonds sont fixés sur les piliers. Afin d’assurer le bon fonctionnement du portillon, les gonds doivent être graissés une à deux fois par an. Pour un confort optimal, une motorisation peut venir compléter l’installation. Certains types de portillons peuvent effectivement être motorisés. Grâce à un interphone, ce système permet d’ouvrir le portillon à distance à un habitant qui a oublié sa clé ou à un visiteur, sans avoir besoin de se déplacer. Pour cela, une alimentation électrique doit être présente en bas du portillon. 

     

    Matériau et portillon

    Dans l’idéal, votre portillon doit être assorti à votre clôture et à votre portail.

    En effet, il serait dommage d’opter pour un portillon en PVC à la coupe droite alors que votre portail est en fer forgé, avec une forme en chapeau de gendarme. Sur le marché des portillons, on retrouve les mêmes matériaux que pour les portails, c’est-à-dire : PVC, aluminium, bois, fer forgé, acier. 

    La réglementation pour les portails et les clôtures

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, vous n’avez pas forcément le droit d’installer un portail. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour savoir ce que prévoit le Plan Local d’Urbanisme (PLU) et consultez un éventuel règlement de copropriété ou de lotissement.

    Le PLU vous permettra également de : 

    • Connaître les éventuelles contraintes liées à l’installation d’un portail, notamment en ce qui concerne la hauteur (en général, 3,20 m minimum si vous résidez dans une ville de plus de 50 000 habitants, 2,60 m sinon), la couleur et la forme ; 
       
    • Vous renseigner sur l’existence ou nom d’une distance minimum à respecter entre le terrain et la rue ;
       
    • Préciser les démarches à effectuer.

     

    Depuis 1986, plus besoin de permis de construire pour votre portail, mais vous devez déposer une déclaration préalable de travaux auprès de votre mairie (précisant notamment la dimension du portail, le matériau, l’endroit où celui-ci sera positionné…). La réponse doit vous être donnée dans un délai d’un mois. Petite exception : si vous résidez dans une zone classée, votre dossier devra être accepté par l’architecte des Bâtiments de France, ce qui allongera le délai d’instruction de votre demande.

    D’autre part, vous devrez respecter l'alignement, qui détermine la limite entre votre propriété et ce qui est du domaine public, comme les routes. Il est déterminé par l’autorité administrative et est fixé soit par un plan d’alignement, soit par un arrêté d’alignement individuel (Code de la voirie routière, art. L 112-1).

    Enfin et comme dit précédemment, votre portail doit être conforme à la norme NF EN 13 241-1. Celle-ci a pour but de sécuriser les manœuvres d’ouverture et de fermeture afin d’éviter les blessures par écrasement ou par coincement.

     

     

    Vous avez des questions ? Besoin de conseils personnalisés ?
    N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !